fraîcheur


fraîcheur

fraîcheur [ frɛʃɶr ] n. f.
fraiscor XIIIe; repris XVIe; de 1. frais
I
1Propriété de ce qui est frais. La fraîcheur de l'air, du vent. La fraîcheur du crépuscule, de la nuit, des matinées de printemps. La fraîcheur d'une eau. La fraîcheur d'une cave. « Ces nuits de printemps toutes remplies de la fraîcheur de la rosée » (Chateaubriand) .
2Absolt Température fraîche, air frais ou rafraîchissant. 2. froid. Une sensation de fraîcheur. Chercher, trouver un peu de fraîcheur. « Ces rochers dont l'ombre donnait une fraîcheur délicieuse » (Stendhal).
3Fig. Absence marquée de chaleur. La fraîcheur d'un accueil.
II
1Littér. Qualité de ce qui est frais (II), de ce qui est nouvellement arrivé. nouveauté. « Il est bien vrai que l'expérience ôte de la fraîcheur à ce qui vous arrive » (Romains).
Cour. Qualité de ce qui est nouvellement produit ou fourni, et, par suite, de ce qui n'a subi aucune altération. La fraîcheur d'un œuf, d'un poisson. « Une barbue dont la marchande lui avait garanti la fraîcheur » (Proust). Ces moules ne sont pas de la première fraîcheur.
2Qualité de ce qui respire la santé et la vie. Beauté et fraîcheur du teint. « il avait le teint fatigué et Fabrice avait tant de fraîcheur » (Stendhal).
Qualité de ce qui garde son éclat, sa vivacité, sans se faner ou se ternir. éclat, 2. lustre. Lessive qui n'altère pas la fraîcheur des couleurs.
3Fig. Qualité de ce qui a qqch. de vivifiant, de jeune et de pur.
(En parlant de ce qui touche la vue, l'odorat, l'ouïe) Fraîcheur d'un coloris, d'une toilette printanière. La fraîcheur d'un parfum ( légèreté) .
(En parlant des sentiments, des idées) La fraîcheur d'un premier amour. pureté. Fraîcheur d'âme. innocence, jeunesse. Fraîcheur des impressions d'un enfant. sincérité, spontanéité, vivacité. « elle arrivait avec une jeunesse d'esprit, une fraîcheur d'idées, de sentiments, d'impressions, à rajeunir les politiques les plus fatigués » (Michelet).
⊗ CONTR. Chaleur, sécheresse; corruption.

fraîcheur nom féminin État de ce qui est légèrement froid ou qui donne une sensation de léger froid : La fraîcheur des soirées d'automne. État de ce qui est légèrement et agréablement froid : Chercher un peu de fraîcheur par un après-midi torride. Qualité de ce qui n'a pas subi d'altération, de ce qui n'est pas gâté, fané, flétri, desséché : La fraîcheur d'un pain. Qualité de ce qui n'est pas terni, de ce qui a l'éclat de la nouveauté, du neuf : Tissu qui a gardé sa fraîcheur. Qualité de quelqu'un, de son teint, qui a l'éclat de la jeunesse, de la vitalité : La fraîcheur du visage. Qualité d'une odeur, d'une couleur qui procure une sensation agréable et fraîche : La fraîcheur d'un coloris. Littéraire. Qualité de ce qui est spontané, pur et jeune : La fraîcheur des sentiments. Absence de fatigue : Terminer la course dans un état de fraîcheur exceptionnel. Absence de cordialité : La fraîcheur d'une rencontre. Vent très faible, qui vient avant ou après le calme. Qualité d'un vin dépendant de son acidité. ● fraîcheur (expressions) nom féminin Ne plus être de la première fraîcheur, ne plus être neuf, en bon état ou, familièrement, ne plus être très jeune. ● fraîcheur (synonymes) nom féminin État de ce qui est légèrement froid ou qui donne...
Contraires :
- tiédeur
Qualité de ce qui n'est pas terni, de ce qui...
Synonymes :
- éclat
Littéraire. Qualité de ce qui est spontané, pur et jeune
Synonymes :
- ingénuité
- naïveté
Absence de fatigue
Contraires :
Absence de cordialité
Synonymes :
Contraires :
- cordialité

fraîcheur
n. f.
d1./d Froid modéré et agréable. La fraîcheur de la forêt, de l'eau.
d2./d Qualité d'un produit frais, non altéré. La fraîcheur d'un oeuf.
d3./d Fig. Qualité caractéristique de la jeunesse, de la nouveauté. Fraîcheur du teint, des couleurs.
(Abstrait) Fraîcheur d'une pensée.

⇒FRAÎCHEUR, subst. fém.
A.— [Correspond à frais1 A] Propriété de ce qui est frais, un peu froid.
1. Température fraîche (de quelque chose). Je pris machinalement la main qu'elle me tendait, sa petite main fine et fraîche, et la fraîcheur de ce contact me fit sentir que la mienne était brûlante (FROMENTIN, Dominique, 1863, p. 80).
a) Spéc. Température fraîche (et parfois humide) de l'atmosphère. Puis, pour se faire aux fraîcheurs nocturnes, aux brouillards, à la rosée, il descendait tous les soirs dans son jardin et restait là jusqu'à des dix et onze heures, seul avec son fusil, à l'affût derrière le baobab (A. DAUDET, Tartarin de T., 1872, p. 35).
SYNT. Fraîcheur du vent, de la pluie, de l'air, de l'aube, des bois, de l'eau, du matin, de la nuit, du soir; fraîcheur de cave; les fraîcheurs de la nuit, d'octobre, de l'automne; fraîcheur délicieuse, exquise, glacée, glaciale, humide, matinale, nocturne, particulière, pénétrante, parfumée, printanière, suave, subite; première, vivifiante fraîcheur.
[Sans déterm.] Sentir, aspirer, goûter, respirer la fraîcheur; une fraîcheur monte, saisit qqn, tombe; les premières fraîcheurs; sentir tomber la fraîcheur. À travers leurs culottes, une fraîcheur pénètre jusqu'aux mollets peu à peu engourdis (RENARD, Poil Carotte, 1894, p. 51). Une fraîcheur, de la mer exhalée, Me rend mon âme... Ô puissance salée! (VALÉRY, Charmes, 1922, p. 151) :
1. Il [le temps] avait brusquement changé et les chaleurs tardives avaient tout d'un coup fait place aux fraîcheurs. Comme les autres années, un vent froid soufflait maintenant de façon continue. De gros nuages couraient d'un horizon à l'autre...
CAMUS, Peste, 1947, p. 1409.
Fam., vx, rare. Rhumatisme momentané dû au froid ou à l'humidité. Attraper des fraîcheurs. Synon. chaud et froid. Gagner, avoir une fraîcheur; cela cause des fraîcheurs; ce n'est point un rhumatisme, ce n'est qu'une fraîcheur (Ac.).
P. méton. Moment du jour ou de la nuit où la température est fraîche. L'odeur des foins que l'on avait coupés pendant la fraîcheur, à la lumière de la lune (SENANCOUR, Obermann, t. 1, 1840, p. 21).
b) MAR., vieilli. Vent plus ou moins faible précédant ou suivant un calme plat. Il vient un peu de fraîcheur; la brise est finie, il n'y a plus qu'une légère fraîcheur (Ac.). Nous fûmes enveloppés de brume, et nous restâmes en calme; une petite fraîcheur du Sud-Est nous permettait à peine de gouverner (Voy. Pérouse, t. 3, 1797, p. 9).
c) Au fig. Fraîcheur (d'un accueil, d'un salut, d'un entretien). Manque de cordialité, froideur marquée. Synon. froideur, sécheresse.
2. Spéc. Qualité de ce qui est agréablement frais. Fraîcheur de l'ombre, d'une pièce, de l'eau, d'une boisson, de la rosée; donner de la fraîcheur; chercher un peu de fraîcheur; sensation de fraîcheur; fraîcheur d'ombre, de cloître, de source. Cherchant pour mon corps la fraîcheur du drap aux places non foulées (MONTHERL., Pte Inf. Castille, 1929, p. 615). En été, la maison possédait des trésors de silence, de fraîcheur et d'ombre (GREEN, Journal, 1933, p. 170).
En partic.
a) Fraîcheur d'un vin. Qualité d'un vin léger, un petit peu acide. Et la fraîcheur du petit vin blanc de la côte parut douce à leurs lèvres (MOSELLY, Terres lorr., 1907, p. 209).
b) Fraîcheur d'un tissu. Qualité d'un tissu, d'un vêtement léger, agréable à porter en été. Les membres à l'aise dans la fraîcheur d'une chemise de fine batiste (CHÂTEAUBRIANT, Lourdines, 1911, p. 173).
c) Au fig. [Dans l'ordre des impressions autres que le toucher ou le chaud et le froid : vue, ouïe] Pureté, vivacité, grâce naturelle. Fraîcheur d'une toilette printanière, d'un éclat de rire; chanson pleine de fraîcheur. Synon. vivacité, grâce. Une voix d'une fraîcheur délicieuse qui, comme une flûte d'argent, modulait des sons mélodieux (FRANCE, Pt Pierre, 1918, p. 152). Surfaces évasées et roses, ce qui donne à l'église, là où il a respecté la fraîcheur de ce coloris, l'air d'être construite dans une matière douce et malléable (PROUST, Fug., 1922, p. 646).
Fraîcheur d'un parfum. Qualité d'un parfum agréablement léger. Fraîcheur de la lavande, d'une eau de toilette. Il savait quelle fraîcheur de linge propre s'échapperait de l'armoire à glace (MARTIN DU G., Thib., Mort père, 1929, p. 1305).
B.— [Correspond à frais1 B] Caractère de ce qui est tout récent, nouvellement arrivé.
1. La fraîcheur de la nouvelle en aurait augmenté le plaisir (FLAUB., Corresp., 1866, p. 80). Il était curieux de la cueillir dans toute sa fraîcheur d'académicien-fiancé (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1939, p. 92).
2. Spéc. Qualité d'une chose corruptible qui n'a subi aucune altération par le temps. Fraîcheur d'un fruit, d'une viande, d'un bouquet; grande fraîcheur; fraîcheur douteuse; garantir la fraîcheur d'un produit. Elle ne sentira ni un poisson qui n'est plus de la première fraîcheur, ni un œuf qui n'a plus son lait, ni du beurre qui a trois jours (GONCOURT, Ch. Demailly, 1860, p. 300). La fraîcheur des œufs peut être reconnue par l'épreuve du mirage ou par l'épreuve de la densité (BRUNERIE, Industr. alim., 1949, p. 68) :
2. ... le revêtement d'images sous lesquelles je la trouverais vivante, comme les poissons que, les jours où on m'avait laissé aller à la pêche, je rapportais dans mon panier, couverts par une couche d'herbe qui préservait leur fraîcheur.
PROUST, Swann, 1913, p. 179.
3. Au fig. Qualité de ce qui est resté intact, vivace, net. Fraîcheur d'un souvenir. Il lui était désormais impossible de percevoir directement en leur fraîcheur première les anciens moments éperdus (MALÈGUE, Augustin, t. 2, 1933, p. 227).
C.— [Correspond à frais1 C] Caractère de ce qui a l'éclat du neuf, de la jeunesse, de la vie.
1. [En parlant d'une pers. ou d'un aspect physique de la pers.]
a) Caractère de ce qui respire la santé, la vie. Fraîcheur du teint, des joues, du visage, de la peau; beauté et fraîcheur; fraîcheur et santé; fraîcheur et grâce; une fraîcheur de lait, de rose; éblouissant de fraîcheur. Synon. éclat. Les jeunes gens (...) apportaient avec eux un tel rayonnement de jeunesse et de fraîcheur que la chambre en fut égayée (MOSELLY, Terres lorr., 1907, p. 41). Les joues rouges, le cou et les mains hâlées, la jeune fille avait un bel air de robustesse et de fraîcheur (ARLAND, Ordre, 1929, p. 515) :
3. C'était un mouvement passionné dans la physionomie, une gaieté dans les traits, un entrain de jeunesse, une fraîcheur de vie, une richesse de santé qui vibraient en dehors d'elle et produisaient des rayons électriques.
BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 27.
b) Spéc. Absence de fatigue. Lu et écrit jusqu'à onze heures avec attention et fraîcheur de tête (BARB. D'AUREV., Memor. 3, 1856, p. 66). J'ai pourtant repris un peu de fraîcheur d'esprit, de vigueur et même de joie, sur la route (GIDE, Retour Tchad, 1928, p. 980).
2. [En parlant d'une chose concr.] Qualité de ce qui garde l'aspect du neuf, sa netteté, sa vivacité première. Fraîcheur d'une peinture, d'un costume; fraîcheur du linge; fraîcheur pimpante. Synon. éclat, lustre. Étoffes dans toute leur fraîcheur et (...) coussins à la dernière mode (STENDHAL, Lamiel, 1842, p. 197). Les toiles (...) qui n'ont pas été gâtées par des restaurations au bitume, y conservent miraculeusement leur fraîcheur (LHOTE, Peint. d'abord, 1942, p. 35) :
4. Sans doute, tout cela n'était pas de la première fraîcheur, l'usage avait miroité par places le velours de la jupe, la toile de Frise était un peu fripée, les dentelles eussent paru rousses au grand jour...
GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 26.
3. Au fig. [Dans l'ordre moral, spirituel ou esthétique, sentiments, idées...] Fraîcheur des impressions, du style, d'une image, d'un poème; fraîcheur d'inspiration, d'imagination. Synon. candeur, pureté. Nos dadaïstes veulent retrouver la fraîcheur, le neuf, le primitif, dussent-ils aller jusqu'au balbutiement (BARRÈS, Cahiers, t. 5, 1920-21, p. 31). Commencé la lecture du journal de Platen. Pages d'une fraîcheur et d'une simplicité admirables (GREEN, Journal, 1932, p. 112) :
5. ... tandis qu'un vieux bonhomme bâillera devant un jouet de cinq cents francs. Pourquoi? Parce qu'il a perdu l'esprit d'enfance. Hé bien, l'Église a été chargée par le bon Dieu de maintenir dans le monde cet esprit d'enfance, cette ingénuité, cettefraîcheur.
BERNANOS, Journal curé camp., 1936, p. 1046.
Fraîcheur d'âme. Synon. innocence, jeunesse. Elle était perdue, et pour toujours, cette fraîcheur d'âme qui rend les sensations pareilles à des cerises cueillies sur la branche et mangées sous l'arbre (COPPÉE, Bonne souffr., 1898, p. 23).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. dep. 1694 (fraischeur ds Ac. 1694 et 1718). Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1200 fraiscor « endroit où il fait doux et modéré » (Anseïs de Carthage, 7958 ds T.-L.); 2. 1213 freschor de l'iaue « propriété de ce qui est frais ou rafraîchissant » (Faits des Romains, éd. L. F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, t. 1, p. 602, 26); 3. av. 1528 frescheur « température fraîche, air frais » (J. D'AUTON, Chroniques de Louis XII, éd. R. Maulde de la Clavière, t. 4, p. 214). B. 1. a) 1288 [ms.] frescor « éclat, lustre (d'une fleur) » (Athis et Prophilias, éd. A. Hilka, t. 1, p. 47, var. du vers 1311); b) 1379 frescheur « ce qui n'a subi aucune altération » (J. DE BRIE, Bon Berger, 47 ds T.-L.); c) 1595 « qualité de ce qui respire la jeunesse, la santé » (MONTAIGNE, Essais, I, 21, éd. A. Thibaudet, p. 123); 2. 1412 fraîcheur « qualité de ce qui est nouvellement arrivé » (Arch. J.J. 167, pièce 11 ds GDF.). Dér. de frais, fraîche; suff. -eur1. Fréq. abs. littér. :2 196. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 2 890, b) 2 984; XXe s. : a) 3 597, b) 3 109. Bbg. DUCH. Beauté 1960, p. 157. — LEMAGNY (J.-C.). B. Bibl. Fr. 1969, p. 415. — MAT. Louis-Philippe 1951, p. 139.

fraîcheur [fʀɛʃœʀ] n. f.
ÉTYM. V. 1200, fraiscor; rare jusqu'au XVIe; de 1. frais.
Qualité de ce qui est frais (1. Frais).
———
I
1 (1213). Propriété de ce qui est frais ou rafraîchissant. || La fraîcheur de l'air (cit. 4), du temps, de la pluie (→ Feuillage, cit. 2), de la brise (→ Aspirer, cit. 17; enivrer, cit. 6). || La fraîcheur du crépuscule, de la nuit, des matinées de printemps. || La fraîcheur d'une eau, d'un ruisseau, la fraîcheur d'une boisson (→ Bière, cit. 2). || La fraîcheur des bois (→ Botanique, cit. 3), d'une salle aérée, d'un escalier (→ Délasser, cit. 6), d'une cave.
1 (…) on vint lier après le dîner le docteur Pangloss et son disciple Candide (…) tous deux furent menés séparément dans des appartements d'une extrême fraîcheur, dans lesquels on n'était jamais incommodé du soleil (…)
Voltaire, Candide, VI.
2 (…) la beauté de ces nuits de printemps toutes remplies de la fraîcheur de la rosée, des soupirs du rossignol et du murmure des brises.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. I, p. 127.
3 Une légère fraîcheur s'était déjà manifestée au bout de mes doigts; bientôt elle se transforma en un froid très vif (…)
Baudelaire, les Paradis artificiels, Poème du haschisch, III.
4 La fraîcheur du tub lui parut baptismale.
Martin du Gard, les Thibault, t. II, p. 58.
2 (Av. 1528). Absolt. Température fraîche, air frais. Froid, froidure. || Une sensation, une illusion de fraîcheur (→ Bruissement, cit. 3). || Chercher, trouver un peu de fraîcheur quelque part (→ Exprimer, cit. 3). || Sentir, goûter la fraîcheur.Se promener à la fraîcheur. Fraîche (2.). || Une fraîcheur délicieuse, fugitive (→ Exhaler, cit. 8). || Des fraîcheurs humides (→ Courir, cit. 30; flottant, cit. 3). || Les premières fraîcheurs de l'automne.
5 De grands hêtres s'élevaient presque aussi haut que ces rochers dont l'ombre donnait une fraîcheur délicieuse à trois pas des endroits où la chaleur des rayons du soleil eût rendu impossible de s'arrêter.
Stendhal, le Rouge et le Noir, I, X.
6 (…) la rue était lavée, le ciel un peu voilé et la fraîcheur voyageait si délicatement dans l'air qu'on eût dit que les cœurs aussi étaient mouillés.
Ch.-L. Philippe, Père Perdrix, I, IV.
6.1 Une fraîcheur, de la mer exhalée,
Me rend mon âme… Ô puissance salée !
Valéry, le Cimetière marin.
7 Vous n'êtes pas frappée de ce que cette fraîcheur a de pénétrant, pour nous qui arrivons de Paris, sans qu'on puisse dire qu'il fait froid.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XXVI, p. 251.
(1803). Fam. et vx. Au plur. Douleur rhumatismale provoquée par un froid humide. || Attraper des fraîcheurs dans un jardin où l'on s'est attardé le soir.
3 (XXe). Fig. Absence marquée de chaleur. || La fraîcheur d'un accueil. Froideur; fraîchement, II., 2.
———
II
1 (1412). Littér. Qualité de ce qui est frais (1. Frais, II.), de ce qui est nouvellement arrivé. Nouveauté. || Nouvelle, événement, mode qui est encore dans toute sa fraîcheur; qui a perdu sa fraîcheur. Défleurir, déflorer.
8 Si le monde dure seulement cent millions d'années, il est encore dans toute sa fraîcheur, et ne fait presque que commencer (…)
La Bruyère, les Caractères, XII, 107.
9 Il est donc bien vrai que l'expérience ôte de la fraîcheur à ce qui vous arrive, parce qu'elle permet plus ou moins de le prévoir.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. III, XVI, p. 205.
(1379). Cour. Qualité de ce qui est nouvellement produit ou fourni, et, par suite, de ce qui n'a subi aucune altération. || La fraîcheur d'un œuf, d'une viande, d'un poisson. — ☑ Loc. Vieilli. De toute fraîcheur : très frais. || Une salade, des radis de toute fraîcheur. — ☑ Ces moules ne sont pas de la première fraîcheur.
10 (…) une barbue dont la marchande lui avait garanti la fraîcheur (…)
Proust, Du côté de chez Swann, Pl., t. I, p. 71.
2 (1580). Qualité de ce qui respire la santé et la vie. || Beauté, fraîcheur du teint (→ Farder, cit. 8), de la peau. || La fraîcheur d'un visage (→ Flétrissement, cit. 2). || Visage brillant de fraîcheur. || La fraîcheur de la jeunesse.(XXe). Spécialt. Absence de fatigue. || Il a terminé la course dans un état de fraîcheur remarquable.
11 La fraîcheur de ses chairs, l'éclat de son coloris, la blancheur de ses dents, la douceur de son haleine, l'air de propreté répandu sur toute sa personne (…)
Rousseau, les Confessions, VII.
12 (…) celle-là se planta devant le lit de son frère, le jugea à la fraîcheur de l'œil, comme les anguilles de l'Aigre (…)
Zola, la Terre, V, I.
13 Pas vilaine, cette jeunesse. Il était très sensible à la fraîcheur, lui dont le teint était vilainement brouillé.
Aragon, les Beaux Quartiers, I, XXIV.
(1288). Qualité de ce qui garde son éclat, sa vivacité, sans se faner ou se ternir. Éclat, 2. lustre. || Fleur qui a perdu de sa fraîcheur ( Défraîchir). || Du linge d'une fraîcheur douteuse. || Certaines fresques de Pompéi ont gardé une miraculeuse fraîcheur.
———
III Fig. Qualité de ce qui a quelque chose de vivifiant, de jeune et de pur.
1 (1658; en parlant de ce qui touche la vue, l'odorat, l'ouïe). || La fraîcheur d'un coloris, d'une toilette printanière (→ Éclairage, cit. 3). || Chanson pleine de fraîcheur. || La fraîcheur d'un parfum naturel.
14 Si pour les fixer je m'amuse à les décrire en moi-même, quelle vigueur de pinceau, quelle fraîcheur de coloris, quelle énergie d'expression je leur donne !
Rousseau, les Confessions, IV.
15 Lorsqu'on parcourt le village, on est étonné de la fraîcheur et de la grâce des petites filles (…)
Nerval, les Filles du feu, « Angélique », XI.
2 (1756; en parlant des sentiments, des idées). || La fraîcheur d'un premier amour. Pureté. || Fraîcheur d'âme. Innocence, jeunesse. || Fraîcheur d'une imagination poétique, des images, de l'expression, du style. Naïveté, naturel, nouveauté, originalité. || Fraîcheur des impressions d'un enfant. Spontanéité, vivacité.
16 (…) elle arrivait avec une jeunesse d'esprit, une fraîcheur d'idées, de sentiments, d'impressions, à rajeunir les politiques les plus fatigués.
Michelet, Histoire de la Révolution franç., V, V.
17 (…) je m'étonne chaque fois davantage de toute la fraîcheur et la vivacité qui viennent à nos sentiments sitôt purgés des idées et des raisons, avec quoi nous n'avons que trop tendance à les confondre.
J. Paulhan, Entretien sur des faits divers, p. 86.
18 Celui qui a dû perdre l'habitude de dire une serviette à débarbouiller garde l'expérience et la nostalgie d'une naïveté, d'une fraîcheur d'âme et de langage qu'ignorera toujours celui qui a toujours dit une serviette de toilette.
M. Jouhandeau, Chaminadour, II, XVII.
CONTR. (Du sens I.) Ardeur, chaleur, sécheresse, tiédeur. — (Du sens II.) Altération, ancienneté, corruption, fatigue, lassitude. — (Du sens III.) Grisaille, platitude.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Fraicheur — (fr., spr. Frähschör), 1) Kühle Kühlung; 2) Frischheit, des der Gesichtsfarben …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Fraîcheur — (frz. fräschöhr), Frische, lebhafte Farbe …   Herders Conversations-Lexikon

  • fraîcheur — /fre shœrˈ/ (French) noun Freshness or coolness …   Useful english dictionary

  • fraîcheur — (frê cheur) s. f. 1°   Froid doux et modéré qui, tempérant la chaleur de l atmosphère, cause une sensation agréable. •   La fraîcheur de la nuit dont elles aiment à jouir, VOIT. Lett. 30. •   Je vais prendre la fraîcheur de ce bois, SÉV. 562.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • FRAÎCHEUR — s. f. Froid doux et modéré, qui tempère la chaleur de l atmosphère, et qui cause une sensation agréable. La fraîcheur du temps, de l air. La fraîcheur de la nuit, des matinées. La fraîcheur des bois. Une fraîcheur délicieuse. La fraîcheur du… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • FRAÎCHEUR — n. f. Froid doux et modéré. La fraîcheur du temps, de l’air. La fraîcheur de la nuit, des matinées. La fraîcheur des bois. Une fraîcheur délicieuse. La fraîcheur du printemps. Marcher à la fraîcheur. On dit de même La fraîcheur de l’eau, d’une… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Fraîcheur —    La fraîcheur se dit d un vin nous faisant éprouver une sensation de fraîcheur. Cela est dû généralement aux acides, aux arômes de menthe ou bien aux effets des bulles, du pétillant …   L'Abécédaire du Vin

  • Fraicheur — Frais Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • Fraîcheur — Frais Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • Fraicheur — Frai|cheur [frɛ ʃø:ɐ̯] die; <aus gleichbed. fr. fraîcheur zu frais, fraîche »frisch, kühl«, dies über altfr. fres aus dem Germ.> (veraltet) Frische, angenehme Kühle …   Das große Fremdwörterbuch


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.